07.
08.
30
07. 08. 30

Un paysage actif, une économie

Une soixantaine d’hectares de boisements plurispécifiques, un patrimoine historique fait de vallons et de pièces d’eau… des composantes de la biodiversité en limite de l’agglomération angevine.

Le Parc fut totalement abandonné pendant 25 ans. De cet abandon, nous en avons fait une ressource pour son renouvellement :
• par les semis naturels et taillis spontanés intégrés dans le dessin initial ;
• un reboisement de parcelles sénescentes ;
• l’anticipation des remplacements de sujets pluri-centenaires.

L’eau est un élément-vecteur. Nous régulons l’ensemble de son cycle pour répondre aux besoins hydriques des Arbres de Marcillé. Faune et flore influencent la gestion des arbres composant nos collections et celle du parc.
Proche d’Angers, le parc est le support d’une économie diversifiée, exemple des interrogations contemporaines (prairies d’élevage, fauche pour le fourrage, exploitation mesurée de bois de chauffage et de charpente, locaux d’activité tertiaire, plusieurs logements et la production des Arbres de Marcillé).
Le Parc est représentatif d‘une économie de la lisière… Une économie créative qui entremêle activités agricoles et celles en lien avec le territoire des villes.

Le parc

Mentions Légales